Mécanisme du Stress

En situation de stress plusieurs zones du cerveau s’activent :

– le cortex qui perçoit les signes extérieurs.

– l’hypophyse pour gérer les émotions

– l’hypothalamus déclenche des réactions physiologiques du stress dans le corps

Plusieurs catégories de stress :

Le stress aigu :

Il fait appel au système nerveux sympathique principalement l’adrénaline, indispensable pour une mise en action et ses effets :

– sur la contraction musculaire

– l’élévation du rythme cardiaque,

Le stress chronique :

Il fait appel à l’hypothalamo-hypophysaire.

Une libération hormonale dans la voie sanguine du cortisol par les glandes surrénales.

Le cortisol a pour fonction de maintenir la glycémie pour apporter suffisamment de glucose à l’organisme en cas d’agression.

Si le stress est géré, il y a un contrôle du cortisol, sinon il y aura un épuisement ou stress oxydatif au niveau cellulaire.

Le Burn out est le symptôme d’une problématique globale, qui devient pathologique face à la solitude au travail, aux conséquences des conditions de travail, de la pression psychologique, du surmenage et aux performances individuelles.

 

Le travail devrait être un plaisir, du bonheur.

Très souvent les personnes ont perdu le sens du travail, pourquoi ?

Elles ne font pas ce qu’elles aiment faire, elles n’y trouvent aucun plaisir.

La coopération n’existe plus, l’entraide, voir l’aide à supporter le travail est inexistant,

Le burn-out n’épargne personne ni aucun secteur et il devient de plus en plus répandu, il est maintenant reconnu comme une maladie professionnelle et toutes les catégories socio-professionnelles sont concernées.

Dans ces moments difficiles, on a besoin d’aide.

Les personnes concernées se retrouvent dans une solitude et un questionnement sur la vie qu’ils mènent.

La remise en question est primordiale, refaire des choix, des choix de vie certainement, peser le pour et le contre de chaque situation, et faire du burn-out une opportunité.

Se connecter à soi, pour en faire une transformation personnelle…

Pour moi qui l’ai vécu ce fut mon cas.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.